Trois responsables gabonais de l’INJS suspendus pour malversations financières

Crise à l’INJS

vendredi 24 mars 2017 à 19h21 par La Rédaction

Crise à l’INJS

Les malversations financières en vogue dans d’autres pans de la société n’épargne pas le monde sportif gabonais. Lundi, 3 responsables de l’Institut national de la jeunesse et des sports (INJS) ont été suspendus de leur fonctions pour une durée indéterminée par la ministre des sports, Nicole Asselé.

Du rififi à l’INJS. Nicole Asselé a dû démettre de leurs fonctions jusqu’à nouvel ordre les plus hautes personnalités de cet institut public à savoir : Séraphin Mboumba (directeur), Agnan Mbadinga (directeur des Études) et Jean-Christophe Oniane (directeur de la Formation continue et de la Recherche).

Il est reproché à ces hauts cadres sportifs gabonais leur gestion anarchique des ressources financières de l’établissement. Selon une note de la ministre, les encadreurs sportifs auraient mis en place un ingénieux système qui leur permettait de ponctionner l’argent qui leur était nécessaire des caisses de l’institut.

En clair, ils auraient mis en place plusieurs caisses de trésorerie pour échapper à la vigilance des autorités. Une pratique qui serait en violation flagrante du principe de l’unicité des caisses en vigueur en comptabilité publique.

Rappelons que l’INJS est un institut public qui a pour mission d’assurer la formation, le perfectionnement et le recyclage des cadres du ministère des Sports ainsi que ceux des fédérations sportives et d’éducation extra-scolaire. Elle assure également, en relation avec les institutions universitaires spécialisées, la promotion de la recherche fondamentale et appliquée dans les domaines de compétence du ministère de la Jeunesse et des Sports.