Achille Nziengui : « la Fégaboxe va porter plainte à Mbounba Ibinda Jean-Maurice »

Malversations

samedi 14 novembre 2015 à 14h03 par La Rédaction

Malversations

Achille Nziengui, secrétaire général de la Fédération gabonaise de boxe (Fégaboxe), et porte-parole de la Fégaboxe, a fait cette annonce aujourd’hui à Libreville au cours d’un point de presse.

Est-ce vrai que la Fédération gabonaise de boxe a initié aujourd’hui une action en justice contre Jean Maurice Mbounba Ibinda, ex-vice président de la Fégaboxe ?

Achille Nziengui : La fédération n’attendait que le moment opportun pour mettre un terme aux comportements de Jean Maurice Mboumba Ibinda et de Nguema Assa Raymond. Elle a décidé de transmettre tout ce dossier d’accusation à maître Missou Elie, avocat à la cour, afin d’initier une action en justice contre Mbounba Ibinda Jean-Maurice. Une seule démarche est possible. Vous en entendrez parler de ce procès.

Quels sont les mobiles du point de presse que vous avez organisé aujourd’hui au siège de la Fégaboxe ?

Achille Nziengui : Il s’agit d’une part de répondre au point de presse tenu par Jean Maurice Mboumba Ibinda et Nguema Assa Raymond du samedi 7 novembre 2015. Et d’autre part d’apporter des preuves, documents officiels à l’appui, qui battent en brèche les accusations mensongères de Nguema Assa Raymond et Mboumba Ibinda. C’est un point de presse dit de clarification. Cette fâcheuse tendance à diaboliser le président fédéral Sossa Simawango nous oblige à dire trop c’est trop.

Que répondez-vous au volet lié à la boxe professionnelle ?

Achille Nziengui : Mboumba Ibinda, lors du point de presse de samedi 7 novembre 2015 allègue que la fédération n’est pas habileté à organiser les combats de boxe professionnelle et que cela est du ressort exclusif de la commission de la boxe professionnelle. Le président Sossa, en sa qualité de président de la zone 3 de la Confédération africaine de boxe (CAB), est de vice président de la CAB, déclare que dans toute organisation sportive olympique, les commissions ne jouissent pas d’un statut particulier. Mieux, elles agissent sur la tutelle des fédérations nationales.

De ce fait, l’organisation de toute compétition de boxe professionnelle incombe à la fédération qui cède à un promoteur ou à une commission des prérogatives selon les circonstances. Que monsieur Mboumba Ibinda relise les textes de la boxe professionnelle.

En quoi a consisté votre intervention sur le volet financier de votre intervention ?

Achille Nziengui : Concernant la somme de 380 millions de F.CFA qu’aurait détourné le président Sossa à l’issue du championnat du monde disputé par Taylor Mabicka, ces déclarations n’engagent que leurs auteurs. Ils sèment la confusion dans la conscience collective. Nous défions quiconque d’apporter la preuve de ces allégations.

Concernant les 20 millions de F.CFA versés par la société événementielle Yoka, cette somme a été bel et bien perçue par la trésorière générale de la Fégaboxe, madame Mabicka. Cette somme résultait de la signature d’un contrat avec cette structure en présence des autorités du ministère de la Jeunesse et des sports, à voir la pièce numéro 5 de notre dossier de plainte.

Mboumba Ibinda a la mémoire courte puisque c’est lui-même qui s’est chargé de distribuer ces 20 millions entre les membres de la Fégaboxe qui s’étaient déployés pour la réussite de ce championnat du monde. Pourquoi ne dit-il pas qu’il a reçu 700.000 F.cfa alors que les autres membres ont reçu 500.000 F.CFA.

Au sujet des 25 millions de l’Etat gabonais détournés par la Fégaboxe. Que monsieur Mboumba Ibinda demande à son colistier Nguema Assa Raymond où il a planqué cet argent parce que c’est lui qui avait encaissé ces 25 millions. Il les a utilisés à sa guise alors qu’ils étaient destinés à une compétition. C’est ce détournement qui a valu sa suspension à la Fégaboxe.

Ce décaissement avait été effectué par Nguema Assa alors que monsieur Sossa se trouvait en mission à l’extérieur du pays. Vous conviendrez avec moi que monsieur Sossa n’a jamais maîtrisé ce décaissement.

Il a aussi été dit que le président du comité olympique gabonais, Léon Louis Folquet aurait remis un chèque de 3 millions suite à la victoire de Taylor Mabicka. Ce qui est archi-faux. Le comité olympique n’est pas habileté à traiter des questions de boxe professionnelle. Les 10 millions remis par un ministre au bénéfice du président Sossa ont été intégralement remis à Taylor Mabicka qui n’était pas le bénéficiaire.

Y-a-t-il eu une tentative de laver le linge sale en famille ?

Achille Nziengui : Il y a eu une tentative de laver le linge sale en famille. Monsieur Mboumba Ibinda avait été convié à prendre part à un conseil de discipline le lundi 3 août 2015, au siège de la Fédération gabonaise de boxe, sis au Boulevard Bessieux, mais il a refusé en envoyant un SMS au président Sossa Simawango disant « …Bs Monsieur le Président, je viens d’accuser réception de votre notification par huissier interposé.

Tant que vous n’apportez pas les preuves de vos allégations, je n’assisterais pas à votre réunion. Je me réserve le droit de vous répondre par voie d’huissier aussi. M. Mboumba IBINDA ». C’est la preuve que ce monsieur a refusé de laver le linge sale en famille. Le conseil de discipline ne sous-entend pas que vous avez tort d’emblée a pris acte de ce refus.

Sur quels faits Amal Jean Maurice Mboumba Ibinda devait-il être auditionné durant cette commission de discipline du 3 août 2015 ?

Achille Nziengui :Il devait être auditionné sur les faits suivants : sur une correspondance envoyée par Mboumba Ibinda à la présidence de la République, enjoignant la radiation du président de la Fégaboxe, sieur Sossa Simawango Clément ; sur un SMS aux relents ostracisés et cabalistiques envoyé par le sus nommé à un directeur de publication d’un organe de presse et portant atteinte à l’honneur et à l’intégrité physique de monsieur Sossa Simawango ; sur un SMS d’intimidation envoyé à un membre du comité exécutif de la Fégaboxe.

Ne craignez-vous pas que le procès tourne au profit de l’accusé Mboumba Ibinda ?

Achille Nziengui : Non car les faits qui sont reprochés à Maurice Mboumba Ibinda sont simples. Il s’agit de la dénonciation calomnieuse et de la diffamation. Ni le bureau, ni le président Sossa ne craignons rien. Il s’agit de faits graves avec atteinte à l’honorabilité du citoyen.

Selon le président Clément Sossa Simawango, tout serait parti d’une somme de 50.000 F.CFA ?

Achille Nziengui : Oui, le président Sossa verse 50.000 F.CFA par mois d’indemnités aux membres de la Fégaboxe. Mboumba a demandé au président de lui donner son dû. Mais comme le président Sossa était à l’extérieur du pays, il a demandé à Mboumba Ibinda de patienter. Ce dernier a refusé, il a menacé la trésorière Patricia Lucie Mabicka de faire des révélations terribles s’il elle ne lui remettait pas régulièrement ses 50.000 F.CFA mensuels. Jean-Maurice est allé à l’hôtel Sossa de Razel Gabon prendre 100.000 F.CFA. Et lorsque le président Sossa a dit de ne plus lui donner quoi que ce soit en son absence, il a lancé sa campagne diffamatoire.